Accueil » Covid-19 au Canada : arrêt sur image

Covid-19 au Canada : arrêt sur image

Dimanche 22 mars je n’ai officiellement plus d’emploi pour les 5 semaines à venir au moins. J’arrête toute activité, je me contente de manger et organiser mes affaires. Je suis fatiguée des 2 dernières semaines. Je m’installe doucement dans mon nouveau logement. La chambre que je partage avec mon copain est petite mais confortable. Et les pièces à vivre sont grandes et lumineuses. Au fur et à mesure que les jours passent je me sens de mieux en mieux.

La fin du mois de mars et mes nouvelles habitudes

Ma dernière semaine de mars est en dents de scie : je me relaxe et j’essaie de prendre de nouvelles habitudes. C’est un peu bizarre et incohérent, ça va doucement mais sûrement.

Je dors beaucoup, regarde des séries et lis. J’ai notamment aimé The Umbrella Academy avec ses super-héros déglingués. En même temps je me refais les 2 premiers romans de Harry Potter. Une lecture confortable et rassurante.

Je conduis aussi un peu en tant qu’apprentie avec mon copain. Gros stress au début car ça faisait 6 ans, mais surprise : je suis toujours la pro du changement de vitesses (nous avons une voiture manuelle, ce qui n’est pas courant au Canada).

Et je skype, envoie de nombreux messages, installe Zoom et utilise Whatsapp à fond, en plus de ma messagerie Facebook. Ma vie n’est que communication. Je préfère les appels et le face à face plutôt que les messages mais je fais de gros efforts. Et je suis vraiment contente de renouer le contact avec certains proches.

Au final je ne fais pas grand chose et je laisse mon esprit et mes pensées vagabonder, en attendant une sorte d’illumination divine sur ce que je devrais faire. Parce qu’il y a cette petite voix qui me dit que je devrais prendre des décisions et être productive. Mais avec le Covid-19 tout est en arrêt … Tout sauf mon cerveau.

Le tourisme a disparu, et mes projets aussi

Je me retrouve avec un souci : je voulais monter mon entreprise cette année et déménager mais je ne peux pas. J’avais 2 (voire 3) idées pour assembler des revenus et activités mais tout tombe à l’eau car ça tourne autour du voyage et de la restauration. Même changer de cap pour trouver un emploi est désormais difficile.

La totalité de mon expérience professionnelle n’est composée que de tourisme, d’hôtellerie, et un chouïa de restauration. Hors cette pandémie vient de stopper ce secteur d’activité. C’est peut-être temporaire mais ça change tout pour cette année.

Et puis le tourisme c’est la cerise sur le gateau, le bonus, le pompom : on part en vacances lorsqu’on a le budget et qu’on a déjà de quoi vivre correctement (la plupart du temps bien sûr). Mais cette industrie vient d’être mise hors-service nous protéger tous. Elle ne reprendra que lorsque nous serons sans danger, en bonne santé physique et financière. Pas avant 2021 donc, voire plus tard si nous entrons en récession. Peut-être que je suis pessimiste mais je pense être réaliste. Même si j’espère secrètement me tromper.

Enervement & tristesse

Et qu’est-ce que je vais faire maintenant ? Pourquoi mon copain ne cesse-t-il pas d’acheter des chips et des cookies ? On ne survit pas à une pandémie avec ça. Et à quoi pensent les gens qui viennent envahir les campagnes françaises / canadiennes alors que leurs hôpitaux sont petits et donc pas faits pour accueillir tout ce monde ? Pourquoi laisse-t-on passer autant de gens chaque jour venant des Etats-Unis ? Et Pourquoi certains se prennent pour l’oracle et écrivent sur le futur du tourisme et du monde alors qu’on n’a aucune visibilité ?

Ok, ok, je me calme, chacun fait comme il peut avec la pandémie, personne n’est dans des conditions idéales en ce moment, et chaque pays a une situation bien particulière. Alors je ferme en grande partie les réseaux sociaux et les médias. Surtout Twitter. Ca fait du bien de supprimer une part ce qui active tout mon brouhaha mental.

Au final l’unique chose qui compte maintenant c’est d’éviter de tomber malade et de diffuser le virus. Respecter les gestes sanitaires et les distances sociales. C’est bizarre dans une société qui nous pousse à la production, à l’expérience, au projet. On se retrouve avec nous-même, et nos écrans !

Avril, ce qui reste : le calme et la reconnaissance

Je mets un peu de temps à me calmer et me concentre maintenant en avril sur le positif et les avantages que j’ai, tout en étant reconnaissante envers mon copain tout particulièrement :

  • J’ai une mutuelle santé et un accès à des soins gratuits en majeure partie.
  • Mon employeur peut me ré-embaucher dès que tout va mieux (pour le moment, en tous cas).
  • J’ai un logement temporaire plus que correct : avoir jardin est la nouvelle destination touristique tendance (les vols super cheaps pour Hawaï peuvent aller se rhabiller).
  • J’ai reçu ma confirmation de chômage au 8 avril, et mon premier versement, ainsi qu’un retour de taxes créé récemment, que je pensais n’avoir que l’année prochaine. Merci Justin & toute l’équipe !
  • Je soutiens les petites entreprises : je mets des avis sur des services, je m’abonne à des contenus, etc.
  • J’ai du temps pour lire, apprendre de nouvelles choses et penser à de nouveaux projets.

Bref, je fais une pause, le Covid-19 vient de me mettre en arrêt, comme le reste de la planète, alors mon cerveau est sommé d’en faire de même. Je vous dis à bientôt pour un petit point sur la situation canadienne, entre 2 tomes de Harry Potter, des skypes et du thé.

Perrine

Moi c'est Perrine, 30 ans, voyageuse et actuellement expatriée au Canada. J'ai la bougeotte depuis pas mal d'années, et après des études un peu partout en Europe, je me suis mise au PVT (permis vacances-travail) dans les pays anglo-saxons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page