Voici une nouvelle petite chronique de ma Corona-life quelques peu fleurie depuis le Canada. Aujourd’hui je vous parle de notre situation un peu bizarre car nous ne sommes pas aussi confinés qu’en France même si le Covid-19 règne en maître.

Vous pouvez retrouver mes 2 premières chroniques ici :

Le Canada face au Covid-19 : soyons gentils mais pas confinés

Je ne sais pas trop si les médias français parlent des pays étrangers. Au Canada nous ne sommes pas officiellement confinés en ces temps de Covid-19, puisque l’on a le droit de sortir de chez soi dans une certaine mesure.

Dès la mi-mars le Canada a fermé les frontières et la plupart des lieux pouvant réunir du monde (commerciaux / publics). Mais on nous a seulement demandé de respecter la distance d’un caribou entre nous (2m), de renforcer l’hygiène et les gestes barrières, et de ne pas nous réunir avec plus de 10 personnes … Tout en faisant le minimum syndical dehors. On nous a conseillé de rester chez nous, et nous avons régulièrement des rappels dans les médias (radio, sites d’infos, journaux, TV). Il doit y avoir d’autres règles, mais ce n’est pas beaucoup plus strict. A savoir que le personnel médical, les banques, les services de livraison et les services publics ont eux des règles bien spécifiques à respecter.

Ceci dit les transports en commun fonctionnent et les bus sont gratuits. Nous entrons et sortons par l’arrière. On a aussi l’option odeur de javel en prime. En revanche je n’ai pas pris le skytrain depuis mars alors je ne sais pas s’il est gratuit aussi.

Donc officiellement nous pouvons circuler presque normalement si nous le voulons. N’importe qui peut aller voir ses proches, ou se pointer sur un lieu ouvert (s’il y en a). Nous devons surtout faire attention à ne pas fréquenter trop de monde ou organiser de grands rassemblements. Le gouvernement canadien compte sur notre bon comportement et notre savoir vivre pour respecter les règles imposées. Pas de couvre-feu, pas de justificatif de sortie. Il compte aussi sur les provinces pour mettre en place des mesures adaptées puisque nous sommes dans un état fédéral.

La relation Province – Etat fédéral

De ce que je comprends, en ce qui concerne le Covid-19, tout ce qui relève du fédéral (= gouvernement canadien), c’est la gestion des frontières, des arrivées internationales, les transports longues distances, et voies de communications nationales, la santé au niveau global, ainsi que la résilience économique du pays. Le gouvernement gère ainsi la protection des canadiens en relation avec les provinces. Il propose aussi des prestations sociales pour les entreprises et les travailleurs.

D’un point de vu européen, au début, on aurait dit que le gouvernement canadien ne faisait aucun effort. Il semblait lent alors que l’Europe et l’Asie se confinaient à la dure. Mais en fait les provinces ont un rôle décisif car elles sont très autonomes. Elles agissent selon les conseils qu’elles prennent auprès de spécialistes et de l’état. Et personne ne nous a confinés

Un aperçu de mon jardin

Faible densité + chance = le Canada semble un peu épargné

En plus de se battre contre nos gouvernants, notre ami le Corona se bat contre la faible densité des populations selon les provinces, et le facteur chance. L’ouest canadien semble être épargné. Mais nous avons peu d’habitants. Et le gouvernement de Colombie Britannique a beaucoup testé (plus de 50 000 tests pour 1 500 cas environ au 15 avril), tout en enquêtant auprès de l’entourage des gens ayant contracté la maladie. Nous avons cumulé la chance d’avoir peu de cas et une densité faible, avec un gouvernement provincial réactif. Donc nous ne sommes pas dans une situation difficile.

Ce qu’il en est réellement : respect des règles et protection financière de la population

Le respect des règles : on s’en sort pas trop mal

A Vancouver il y a un peu de monde sur les plages, et les forêts commencent à voir quelques promeneurs (même si les gens respectent les distances de sécurité, soit-disant). Puisque nous ne sommes pas confinés, nous nageons en eaux troubles. Cette histoire de non-confinement est un gros débat et en agace certains.

Ceci-dit la majeure partie des gens sont civilisés et respectent les règles. D’autre part je trouve le climat pas si anxiogène (selon mon baromètre d’anxiété franco-français bien sûr). J’avoue je suis impressionnée car les gens ici sont tout de même conciliants et bons joueurs.

On voit aussi des personnes masquées de partout, et maintenant ceux qui n’ont pas de masques sont devenus une minorité. Et petit sondage êtes-vous de la #TeamMasque ? Moi j’ai reçu celui de ma maman. Fait main avec amour et tissu en petites fleurs. Aucune idée de son efficacité mais je le porte.

Perso je ne sors qu’une fois ou deux par semaine avec mes colocs pour faire des courses à 15 min à pied de chez moi. Nous le faisons en mode parcours Ikea, puisque tout est fléché dans nos supermarchés. Je vis confinée et je ne fréquente plus que mes colocs : nous jouons tous le jeu et vivons en vase clos. Du coup je fais des dîners en Skype ou Facetime avec mes amis de Vancouver.

La protection financière : efficacité et préservation

Le gouvernement canadien a lancé CERB, le Canadian Emergency Response Benefit après la réception d’1 million de demandes de chômage (assurance-emploi).

Cette indemnité est pour tous les travailleurs licenciés ou les entrepreneurs qui ne peuvent plus exercer leur activité. Pour être éligible il faut avoir bossé/été en activité un certain nombre d’heures au Canada les 12 derniers mois.

CERB est valable 4 mois pour le moment et est de $2000 par mois. C’est plus ou moins l’équivalent du SMIC canadien selon les provinces. Cette indemnité remplace l’assurance-emploi, qui sera activée ensuite pour ceux qui en auraient besoin, en cas de chômage prolongé. Sachant que l’assurance-emploi = 55% de notre meilleur salaire des 12 derniers mois, CERB est en fait bien sécurisant pour ceux qui ont des petits revenus. Ils gardent la tête hors de l’eau et ne tombent pas en dessous du salaire minimum.

D’autres aides existent, et les loyers ne peuvent pas être augmentés cette année. Les informations changent tous les jours et la plupart des numéros des services publics sont désactivés car ils seraient trop engorgés. Je m’informe donc sur les site gouvernementaux.

Si vous souhaitez lire à propos du Covid-19 au Canada, je vous conseille :

Un cerisier en fleur : le printemps à Vancouver peut devenir très rose

Enfin, en toute honnêteté la question d’un retour en France s’est posée pour moi fin mars. Mais en fait je me sens plus en sécurité ici : peu de malades dans ma région, j’ai droit à CERB / assurance-emploi, j’ai accès au système de santé et ma mutuelle est toujours valide. C’est moins oppressant, plus tranquille et encourageant même pour trouver un éventuel nouvel emploi.

Sur ce, j’espère que vous allez bien et que vous êtes en sécurité sanitaire et financière. A bientôt pour de nouvelles aventures à demi confinées 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.