Pour le mois de mai le thème d’Histoires Expatriées est le vert et Lucie du blog Occhio di Lucie est notre marraine. Je n’ai pas eu trop d’inspiration, puisque tout est vert sur mon blog. Les paysages, le design … Le Canada possède beaucoup de vert en fait et je voyage souvent dans des parcs naturels. Je vous étale toujours des couches et des couches de vert… Mais en rangeant mes photos je suis tombée sur une expo temporaire du musée maritime de Vancouver à propos de Greenpeace. Ça m’a requinquée pour écrire un petit billet.

Ça aurait été dommage de louper l’occasion car Vancouver est la championne verte du Canada. Beaucoup d’initiatives écologiques ont été mises en place depuis les JO d’hiver de 2010. Elle a eu notamment un maire du “Green party”, ce qui fait écho à ma Grenoble natale. Le réseau des transports en commun est d’ailleurs merveilleux (chose rare en Amérique du nord), et il y a de nombreuses pistes cyclables malgré les collines et les conducteurs imprudents. Si le nouveau maire n’est pas du même parti, les ambitions sont sensiblement les mêmes : devenir un exemple écologique international.

Le musée maritime de Vancouver

Vert pour Greenpeace

A Vancouver, le musée maritime présente l’histoire maritime de la ville et de l’Arctic canadien. Reconstitution de bateau, de parties de navires et impression d’exploration. J’aime ce petit musée car je me sens comme une enfant en pleine chasse au trésor. Je trouve cependant qu’il pourrait être un peu plus fourni… Mais d’après le Daily Hive, il paraît qu’on en aura un nouveau prochainement 😉

Chaque année je passe voir l’expo temporaire. Au printemps 2019 elle portait sur Greenpeace. Nous voici donc au cœur du vert 🌿

Making Waves (Faire des vagues)

Histoire & héritage de Greenpeace

Le 1er drapeau de Greenpeace

A la fin des années 1960 les mouvements hippies font apparaître la notion d’écologie et de protection de l’environnement sur la scène politique. Des militants créent ainsi “Green Peace” à Vancouver dans le quartier de Kitsilano. Ils décident d’organiser un concert pour lever des fonds afin de financer une expédition qui sera la première action de l’association. Le concert fut un succès et permit d’acheter un bateau. Cependant l’expédition en question sera un échec : le but des militants était de remonter en bateau la côte ouest jusque l’île d’Amchitka pour protester contre des essais nucléaires. Certains journalistes ont aussi embarqué pour couvrir l’affaire. Au final malgré le voyage en mer, rien n’empêchera les essais d’avoir lieu.

Ceci-dit la machine était lancée et le nom de la petite association se transforma en Greenpeace. L’organisation est maintenant l’une des plus connues dans le monde et a un siège national dans 55 pays avec plusieurs millions de membres.

L’expo proposait des photos, des souvenirs personnels de cette expédition et des évènements autour de la naissance de Greenpeace sur Vancouver. Il y eut en fait plusieurs manifestations avant l’expédition, dont une à Peace Arch, à la frontière américaine.

J’ai particulièrement aimé le titre : Making waves, à double sens. Les militants ont fait des vagues et ont agacé mais aussi interrogé et éveillé des consciences. Leur slogan était en fait “don’t make a wave” (= ne faites pas de vagues). Les essais nucléaires leur faisaient peur entre autre à cause de possible effets sur la “Pacific Rim”, la faille du Pacifique. Selon les militants ces essais auraient pu créer des tsunamis/vagues géantes sur les côtes nord américaines. Je ne sais pas s’il y a preuve scientifique à propos de ces effets. Mais le séisme a bien eu lieu politiquement et “activement” parlant. Greenpeace allait créer de nouveau projets sur Vancouver, puis aux Etats-Unis et devenir internationale.

Je vous propose 2 petites lecture pour un peu plus de détails:

A l’heure où règne notre ami le Corona, et où les prises de consciences sont massives à propos de l’environnement, j’ai de la reconnaissance pour ces organisations qui ont été, parfois maladroitement, des boussoles pour notre éducation à l’écologie  🌿

Voici les autres articles d’Histoires Expatriées:

Retrouvez tous les billets de la rubrique Histoires Expatriées.

Cet article a 3 commentaires

  1. Je ne savais pas du tout que Greenpeace avait été créée à Vancouver. Merci de m’en avoir appris davantage.

    1. perrine

      Je ne le savais pas non plus avant de venir voir l’expo l’année dernière 😉

  2. Coralie

    Intéressant ton article. Du coup, moi aussi j’ai appris que Greenpeace est né au Canada.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.