Se trouver un logement en voyage

PVT Nouvelle-Zélande

PVT WHV Nouvelle-Zelande WellingtonLa recherche de logement à l’étranger : une activité épique. Je trouve que c’est ce qu’il y a de plus aventureux lorsque l’on s’installe quelque part.

Je suis en plein dedans de nouveau pour Wellington ! Aussi, un petit récap’ de mes précédentes expériences méritait-il d’être fait.

Entre les lois et les contrats, les exigences des propriétaires, les castings des colocs’, les arnaques, les trous à rat, les belles villas (pas visité encore mais sait-on jamais) et les choix à distance via des photos… On a de quoi s’arracher les cheveux, où trouver le super plan !

Logement : nous étrangers, nous pigeons

D’apres ma petite expérience le fait d’être étranger fait de toute personne automatiquement un pigeon en puissance lorsque l’on recherche un logement. Et je pense que c’est valable dans tous les pays. Surtout quand on tente tout type d’annonces par ignorance a l’arrivée. Voici une petite liste non exhaustive de mes précédentes/récentes expériences :

Ø J’ai visité un taudis sur Piccadilly (oui en plein centre de Londres) : c’était insalubre, ça se voyait, mais bon a Londres tout se loue.

Ø Dimanche dernier j’ai visité des bureaux reconvertis en chambre à Wellington où le proprio (visiblement indien) m’a bien prévenue que c’était uniquement pour les végétariens… Bouh la discrimination. Bouh les bureaux reconvertis.

Ø Il y a de nombreuses maisons en cartons encore à Wellington… Bon j’exagère mais voilà: des baraques en bois où l’eau s’infiltre partout.

Ø J’ai eu un ami qui s’est fait arnaquer à Copenhague (en 2012). Pour résumer : appart’ avec vue superbe sauf que les photos étaient visiblement prises dans un hôtel, d’après le peu que je me souvienne. Il fallait absolument envoyer l’argent via Western Union à des gens en Grèce … J’ai eu un tas de propositions de ce type en fait sur Craigslist (site web) pour Copenhague et Londres. Je dis toujours non à l’argent à déposer en avance et au cash par sécurité mais certains tombent dans le panneau malheureusement.

Ø Nous avons vu le salon de ma sœur à Londres se transformer de temps à autre en chambre (ou plutôt l’inverse !) : ouais y a pas de petits profits, tant qu’on peut se faire des sous … L’agence demandait à la locataire de quitter les lieux 2 jours quand elle se faisait inspecter… La locataire n’a visiblement pas ressenti le besoin de les dénoncer (bah oui elle avait un toit sur la tête pour pas trop cher).

Ø J’ai eu une proprio italienne à Sienne qui a mis presque 1 an à me rendre la caution : je l’ai tellement saoulée pour ça !!!!!!

Le casting : montre moi ta tête, lance des vannes que j’aime et tu auras un toit sur ta tête

Je ne connaissais pas trop ça avant d’arriver ici à Wellington. Mais j’ai compris. C’est pour la compatibilité (je crois). C’est un peu ce qu’on avait fait à Toulouse lors de mon départ à la coloc’ … Le souci ici à Wellington : il y a plus de demande que d’offre. Il faut se vendre. Relou. Surtout quand les gens en face ne sont pas forcément accueillants. On a l’impression de se faire juger en 15 minutes de la tête aux pieds. Fumeur, pas fumeur ? Fêtard, pas fêtard ? Qu’est-ce qu’il faut dire ? Ne pas dire ? Mais la Nouvelle-Zélande n’a pas l’exclusivité de cette activité …

Le contrat : on y est ou on n’y est pas ? Surprise !

Ahah surprise ! Oui Oui ! Quand on te dit “non mais tu ne seras pas sur le contrat, il te suffit de trouver quelqu’un d’autre pour te remplacer quand tu pars…” Ouais d’accord si y a un souci je suis dans la mouise quoi. Si je ne trouve personne aussi … Le contrat perso j’y suis et j’y reste. Je le lis en long, en large et en travers avant de le signer. Vu les expériences de pigeonnage de mes amis…. Bah non. Moi pas pigeon !

Les colocs : vie commune ou chacun pour soi ?

En fait ce qui me rebute dans certains pays ou villes, comme à Londres, c’est le fait de ne pas avoir de pièce commune dans certains appartements. Cuisine avec table et basta. Chacun pour soi. Pas de salon. Cuisine trop petite pour être à plusieurs. Heu ok, en fait on est voisins. No way. Je veux être bien chez moi dans toutes les pièces, sans envahir, mais voilà je vis avec les gens. Pas seule. Sinon je prends un studio.

Ah, ces colocs’, ces recherches, ça créé des souvenirs et des anecdotes à raconter :

♥La proprio-mamie d’Espagne qui nous dit de ne pas hésiter à l’appeler si on est malade elle nous emmène chez le médecin… Et qui nous offre un livre de photos de la ville pour notre départ !

♥ Les colocs’ : copains de maison, anecdotes par milliers et histoires drôles à raconter !

♥ Le proprio de Copenhague : un étudiant en Erasmus en France à Lyon. Normal. Il m’a envoyé mon contrat de location en danois ! Et il a voulu m’ajouter sur LinkedIn.

♥ Les fiestas de départ et d’arrivée 🙂

♥ Les échecs de “trouvage” d’adresse pour visiter… No comments.

♥ Les gens qui viennent visiter mon appart’ : “au fait j’ai 2 rats” Belle blague. Ici c’est pas la SPA 😀

♥ Se retrouver dans une voiture avec un proprio chinois, sa mère et son oncle. Lui qui me reconduit gentiment vers le centre-ville après la visite du logement, la mère qui me dit d’appeler sa femme (celle du proprio!) pour que je donne mon avis (parlant à moitié anglais à moitié chinois) … Et l’oncle la tête à la fenêtre car il a mal au cœur. Épique. C’était la semaine dernière ici à Wellington !

Heureusement j’ai bien trouvé mon logement en Nouvelle-Zélande et je reste à Wellington plusieurs mois.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.